• L'étranger - Albert Camus

    "Aujourd'hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas."

    Les premiers mots, célèbres et marquants du roman d'Albert Camus.

     

    L'étranger - Albert Camus

     

    Publié chez Gallimard, collection Folio, en 1957.

    Résumé : "Quand la sonnerie a encore retenti, que la porte du box s'est ouverte, c'est le silence de la salle qui est monté vers moi, le silence, et cette singulière sensation que j'ai eue lorsque j'ai constaté que le jeune journaliste avait détourné les yeux. Je n'ai pas regardé du bon côté de Marie. Je n'en ai pas eu le temps parce que le président m'a dit dans une forme bizarre que j'aurais la tête tranchée sur une place publique au nom du peuple français."

     

    •••••••••••••••••••••••••••••

     

    L'auteur : Albert Camus est né en Algérie en 1913. Il y grandit et obtient son bac en 1932, poursuivant par la suite des études de philosophie. La tuberculose l'empêcha de poursuivre ses études de philosophie. Quelques années au parti communiste, en 1936, il fonde le Théâtre du Travail, jouant et adaptant plusieurs pièces : Le Temps du Mépris d'Andrée Malraux, Les Bas-Fonds de Gorki ... 1942, résistant militant, il publie dans Combats, qui deviendra un journal à la fin de la guerre. C'est à cette époque là qu'il publie L'Etranger, Le Mythe de Sisyphe. 1947, il publie La Peste, grand succès. En 1957, il reçoit le Prix Nobel de littérature, "pour l'ensemble d'une œuvre qui met en lumière, avec un sérieux pénétrant les problèmes qui se posent de nos jours à la conscience des hommes". Il déplore que ce ne soit pas André Malraux, qu'il considère comme un maître, qui ait reçu la distinction. Trois ans plus tard, dans un accident de voiture, Albert Camus décède. Il avait sur lui le manuscrit inachevé du Premier Homme.

     

    •••••••••••••••••••••••••••••

     

    Mon avis : J'ai lu L'Etranger dans le cadre scolaire, j'étais alors en 1ère Littéraire. Au début, j'ai vraiment détesté le livre. Trop bizarre, trop "à côté de la plaque, le héros ou plutôt anti-héros de mes deux". Charmant, quand on a seize ans, non ? Mais en fait ...

    L'intrigue, l'histoire que raconte l'auteur, est d'une grande banalité. C'est l'histoire de Meursault, l'histoire d'un homme étranger, étranger à tout et à tous. Fiancée à Marie, il est aussi un ami de son voisin Raymond, Raymond l'homme aux multiples maîtresses. Mais un jour qu'ils se baladaient tous trois au bord de la mer, voilà que les frères d'une maîtresse de Raymond arrivent en face. Les hommes se battent ; plus tard, alors que Meursault est seul, il voit l'un de ces hommes prendre le soleil. Il l'abat. Il l'abat et si une balle aurait semblé compréhensible, quatre de plus n'ont pas franchement fait l'unanimité au procès. Et lorsque l'homme déclare qu'il a été ébloui par le Soleil, voilà qui est loin de satisfaire le jury ...

    Les personnages sont ... Une forme de critique car le roman d'Albert Camus est un roman très critique sur la société. Bien entendu, il y a Meursault, mais aussi Marie, une douce et joyeuse jeune fille et Raymond, un homme violent et dominateur. Et enfin, Meursault, personnage principal. Un homme sans émotion, détaché de tout. À son procès reviendra le fait qu'il n'ait pas pleuré lors de la mort de sa mère, fait qui semble prendre une très grande part dans le procès de la fin du roman. Il est étranger à tout, y compris à sa propre vie.

    L'écriture, le style de l'auteur est bien sur imprégné de ce détachement car le récit se fait à la première personne. Le personnage principal est le narrateur, chose qui rend l'identification malaisé car il est étrange de s'identifier à un homme sans émotions aucune. C'est une plongée dans la réflexion froide et sans arrière-pensée d'un homme qui se fiche de tout. 

    Un roman assez virulent, au final. Car lors du procès, on se demande si c'est le meurtre ou le fait que l'homme n'ait pas pleuré à la mort de sa mère qui est jugé. Cela et tant d'autres détails dont je vous laisse la découverte à la lecture font du roman d'Albert Camus un roman apprécié du programme scolaire en collège et lycée. 

    « Le souffle des Dieux - Bernard WerberDes souris et des hommes - John Steinbeck »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :