• La saga Tara Duncan - Sophie Audouin-Mamikonian

    "La petite soeur d'Harry Potter !"

     

    La saga Tara Duncan - Sophie Audouin-Mamikonian

     

    Edité chez Flammarion.

    Bien. Aujourd'hui, je souhaiterais parler de la saga à succès de Sophie Audouin-Mamikonian. Soyons clair. Il ne s'agit là que d'une critique subjective ayant pour but d'exprimer mon opinion et qui, je l'espère, fera naître une discussion sur le sujet. Par ailleurs et afin de prévenir les critiques éventuelles, sachez que je n'ai lu que les cinq premiers tomes de la saga. Aussi vais-je me baser sur mon expérience de ces romans, à l'époque où je les ai découvert et aujourd'hui ainsi que sur les critiques et résumé des Taraddict déniché sur cet outil merveilleux qu'est Internet. Mes sources sont facilement identifiable et donc vérifiables : Babelio ou Booknode par exemple.

    Mon article aura deux axes. Tout d'abord, mon opinion sur les romans, le monde créé par Sophie Audouin-Mamikonian. Ensuite, j'expliquerais pourquoi je ne suis PAS d'accord quand on décrit Tara Duncan comme la petite sœur d'Harry Potter.

    Bonne lecture.

     

     

    Synopsis : Tara'tylanhnem T'al Barmi Ab Santa Ab Maru T'al Duncan est la petite-fille d'Isadora Duncan. Au début de l'adolescence, elle découvre qu'elle est une sortcelière (littéralement, ceux qui savent lier les sorts) mais aussi qu'elle est née sur AutreMonde, monde parallèle au nôtre où la magie est omniprésente. Une fois sur place, elle rencontre plusieurs amis et retrouve La saga Tara Duncan - Sophie Audouin-MamikonianFabrice de Besois-Giron, son ami de longue date. Elle compte aussi Caliban Dal Salan (un Voleur, un voleur légal et officiel. Autrement dit, Tom Cruise enfant dans Mission Impossible, sans les gadgets mais avec la magie), Gloria Daavil que tous le monde appelle Moineau, Robin M'angil (un elfe. Enfin pas tout à fait) mais aussi Fafnir Forgeafeux. Grosse voix, sale caractère, grande hache. Mais aussi Manitou Duncan, son labrador. Et son arrière grand-père. Bah ouais, la recherche de l'immortalite, ça a de mauvais côté. Vous pouvez ne pas mourir mais vous vous retrouvez à quatre pattes.

    Peu à peu, Tara va découvrir que sa mère qu'elle croyait morte est en vie, se fait un ennemi mortel en la personne de Magister (ça veut dire Maître en latin. Qui choisit comme pseudo Maître ? La saga Tara Duncan - Sophie Audouin-Mamikonian

    À part lui ... (série Docteur Who, saison 3, épisode 12)

    Bref. En plus de cet ennemi mortel, et de ses devoirs d'héritière du plus grand Empire d'AutreMonde, Tara vit de nombreuses aventures, toujours aidé de ses amis. Y'a pas à dire, l'esprit d'équipe, ça s'apprend pas.

    Bref. J'ai un peu la flemme de vous faire le résumé de tous les livres, ça me prendrait des heures et là, il est presque 4h du mat'.

    ••••••••••••••••••••••••••••••••

    Mon avis : C'est une saga qui est clairement destiné à un public adolescent. Entre douze et seize ans, selon moi. J'ai commencé à les lire alors que je devais avoir quatorze ans. Oui, c'est à peu près à la même époque que j'ai lu Twilight. Non taisez-vous. Chut ! Pas de commentaires. On a tous fait des erreurs. Bref. ce fait, le public adolescent est conquis. Je me souviens que j'attendais avec impatience la suite et me précipitais à la bibliothèque dès que je pouvais. Clairement, l'auteur a de l'humour et elle aime ses personnages et le monde qu'elle a créé. Beaucoup de jeunes gens ont passé une partie de leur adolescence sur AutreMonde. C'est une bonne série de fantasy, avec des dragons, des nains, des elfes. AutreMonde est très cohérent, j'aime beaucoup le fait qu'elle reprenne de vieilles légendes sur les nains, les lutins, ou des contes de Walt Disney comme la Belle et la Bête. Ca permet d'ancrer sa narration dans un contexte à la fois familier et étranger. Un tour de force, ce qui explique le succès. J'ai cependant une déception : il semblerait et je dis il semblerait parce que je n'ai lu que cinq tomes, que Sophie AM (j'en avais marre de recopier le nom en entier) ne fasse pas évoluer ses personnages comme évolue l'âge de ses lecteurs. Je m'explique : lorsque Tara découvre AutreMonde, elle a douze ans. Je trouvais qu'à douze ans, elle avait une réflexion très poussé. Presque adulte par moment. Et dans le dernier, elle doit approcher des ou avoir dix-huit ans. Or, c'est aussi le cas pour ses lecteurs. La difficulté d'introduire l'évolution de maturité explique que certains de son lectorat finissent par se lasser de l'oeuvre. Enfin, il faut avouer que ce n'est évident. En outre, je me souviens d'une chose qui m'énervait : l'héroïne est absolument parfaite ! Je veux dire, elle est belle, elle est intelligente, elle a de l'humour, elle est gentille ... C'est quoi son défaut ? C'est ce côté petite fille modèle qui m'avait exaspéré aussi. C'est ... Lisse. Les romans de Sophie Audouin-Mamikonian sont lisses.

    Le rôle prépondérant de la magie aussi. Cela fait partie des griefs des détracteurs de la saga. La magie a réponse à tout. Je veux dire, à absolument tout. Elle permet de faire ce que l'on veut. Les difficultés finissent donc par céder très facilement. Trop facilement.

    Voici donc, pour ma première partie, mon avis sur la saga Tara Duncan. Pour résumer, c'est un bon livre mais destiné à un public très spécifique qui risque de décevoir un public plus âgé et plus exigeant. Je ne nie pas que des adultes puissent aimer la saga. Et c'est leur droit car la narration est à mourir de rire. Toutefois, je doute de les relire assidûment.

    ••••••••••••••••••••••••••••••••

     

    Nous attaquons donc la seconde partie. Souvenez-vous. En en-tête, j'ai dit que Tara Duncan était "La petite soeur d'Harry Potter". Eh bien, je ne suis pas du tout mais alors pas du tout d'accord avec ça. Difficile de les comparer car ils ont bien quelques points communs : héros adolescent, magie, combat contre les Forces du Mal. Mais les différences sont plus grandes que les points communs.

      

    1 - L'intrigue n'évolue pas en fonction de l'âge du lectorat chez l'un ; c'est le contraire chez l'autre. Je m'explique. Une partie du lectorat de base de Tara Duncan s'est lassé et ne suit plus la série. Ce n'est pas le cas pour Harry Potter. Car le héros a évolué avec son lectorat. D'abord un petit garçon de onze ans, puis un adolescent, puis un jeune homme, puis un adulte. On voit clairement les différences psychologiques de romans en romans. Ce qui est beaucoup moins clair chez Tara Duncan.

     

    2 - La prépondérance de la magie chez l'un, rôle secondaire chez l'autre. En ce qui concerne Harry Potter, la magie n'est pas la réponse à tout. Bien souvent, c'est le facteur humain qui est décisif : par exemple, Harry n'utilise aucun des sortilèges Impardonnables, il ne veut pas tuer et c'est pour cela qu'il cherche à désarmer son adversaire. C'est sa marque de fabrique en quelque sorte et c'est aussi ce qui peut lui causer quelques ennuis auquel le cerveau d'Hermione Granger finit par remédier. Facteur humain. Chez Tara Duncan, la magie est plus que souvent la réponse immédiate et parfaite.

      

    3 - Je trouve les intrigues de Harry Potter plus sombres. Bien évidemment, cela est lié à l'évolution du combat entre notre sorcier à lunettes rondes et Vous-Savez-Qui. Oui, je parle de Lord Voldemort. (Regarde le ciel. Non, pas d'éclair. Cool) Car plus l'intrigue avance, plus le Mal s'avance. D'où une ambiance sombre. On ne retrouve pas cette ambiance chez Tara Duncan, à mon sens. Mais il est fort possible que je me trompe.

     

    La saga Tara Duncan - Sophie Audouin-Mamikonian

     

     

      Ceci est un dessin inspiré de la description que Sophie AM fait de Tara'tylanhnem T'al Barmi Ab Santa Ab Maru T'al Duncan,

     

     

     

    La saga Tara Duncan - Sophie Audouin-Mamikonian

    Ceci est le personnage d'Harry Potter, interprété par Daniel Radcliffe. Jouer ce rôle a propulsé sa carrière d'acteur ; pour autant, le sorcier aux lunettes rondes demeure dans les esprits sous ce visage.

     

     

    Voilà les trois points dont je souhaitais parler. En l'occurrence, ce n'est que mon opinion et vous avez le droit et même le devoir de me dire si vous êtes d'accord. Ou pas.

    « Cauchemar - par Erica SpindlerL'anneau d'Atlantide - Juliette Benzoni »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 17 Août 2014 à 13:20
    Gwenn Doz

    Salut !

    J'avoue ne pas être une grande fan de ce genre de sagas, mais je me devais de te féliciter pour la façon d'écrire ton article, c'est intéressant à un plus d'un titre, même pour ceux qui tout comme moi ne goûtent pas à ce genre de Fantasy...

    Gwenn...

    2
    Dimanche 17 Août 2014 à 19:09

    Salut ! Merci, ça fait plaisir :)

    Ben, c'est qu'un petit article et j'imagine qu'un paquet de gens peuvent ne pas être d'accord. Tu as lu les deux sagas, l'une des deux, aucune ?

    3
    Dimanche 17 Août 2014 à 22:39
    Gwenn Doz

    Désolée,  je n'ai survolé que quelques lignes et visionné un opus de Harry Potter, et malgré que je m'intéresse à tout ce qui a trait au symbolisme et aux mystères dont recèle la mémoire ancestrale des civilisations qui sont apparues sur notre bonne vieille terre, et dans lequel l'auteure puise allègrement,  je n'ai pas été portée par le récit. Cependant c'est bien écrit et je comprends l'attirance de tout un chacun pour ces histoires abracadabrantes. Contrairement à ce que j'écris, je suis plutôt attirée par les lectures historiques, et surtout par la petite histoire, celle qui dévoile la vérité sur des évènements enjolivés, souvent à l'excès. Bonne continuation et comme je te suis, j'aurai plaisir à te lire à nouveau.  Gwenn...

    4
    Lundi 18 Août 2014 à 12:39

    Si tu es tentée par le policier, je peux te conseiller la Maison de Soie. Anthony Horowitz, habitué des thriller, reprend le personnage de Sherlock Holmes, avec brio je dois bien l'avouer. Il y a aussi la série des Aldo Morosini, par Juliette Benzoni. On se retrouve dans l'ambiance feutrée des années 20, c'est assez intéressant bien que très romanesque. Quand j'étais plus jeune, je lisais aussi beaucoup de romans historiques d'Annie Pietri ou Annie Jay : Les Orangers de Versailles, Complot à Versailles ... des récits documentés sur l'époque du Roi-Soleil, bien écrit et basé uniquement sur des faits réels. Il y a tellement d'autres romans historiques d'ailleurs ...!

    5
    Gwenn Doz
    Lundi 18 Août 2014 à 17:17
    Gwenn Doz

    Pour tous les jours de la vie et plus encore, mais bon, cela n'empêche pas de nouvelles écritures, certains sujets n'ayant pas encore été traités ou si peu...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :