• Mon bel oranger • José Mauro de Vasconcelos

    Mon bel oranger est un roman publié en 1968. C'est un immense succès car il a été traduit dans plus de 12 langues. Portant essentiellement sur la pauvreté au Brésil dans ces années là, en partie autobiographique dit-on, Mon bel oranger est surtout un roman humain très fort.

    Mon bel oranger • José Mauro de VasconcelosZézé est un enfant d'environ cinq ou six ans, très turbulent, au point que sa famille ne cesse de lui répéter qu'il a le "Diable au corps". Et à force de l'entendre, le petit finit par y croire ... Pour le corriger, un seul moyen : les coups de ceinturon du père ou les claques des nombreux frères et soeurs. Seul sa grande soeur Gloria le défend, avec ardeur. Mais Zézé a un secret : son oranger. Son arbre magique, son meilleur ami et confident, qui lui répond ... Et ainsi se créé un étrange lien entre l'enfant et l'arbre. Mais Zézé apprend aussi à connaître Portuga, un homme solitaire et fortuné que craignent tous les enfants du coin. L'homme et l'enfant deviennent très proche, il est le père tendre et patient que Zézé n'a pas. Sensible et précoce (il a appris à lire tout seul), l'enfant retrouve auprès de Portuga sa passion pour raconter des histoires et une grande imagination. Malheureusement, Portuga meurt dans un accident de voiture et le petit garçon ets tout simplement effondré ... Sa famille ignorant tout, ils mettent sa maladie sur le compte des travaux de voirie qui détruise son oranger. Toutefois, Portuga ne part pas sans rien laisser : son stylo, qu'il tient de son père, un beau stylo plume que l'enfant conservera toute sa vie.

    •••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

    Ce roman est tout simplement ... Sublime. Ce n'est pas une larme de crocodile que j'ai versé mais de vraies larmes. C'est tellement fort, c'est tellement bien écrit ! Le roman se vit au travers du regard de l'enfant, un regard à la fois amer et naïf, tendre et plein de candeur. C'est un véritable défi d'écrire en se mettant dans la peau d'un enfant et ce n'est pas faute d'avoir essayé ; José Mauro de Vasconcelos a réussi avec brio à se mettre dans la tête d'un petit garçon pour, de plus, nous emmener partout : dans la misère sociale du Brésil des années 60 au monde imaginaire et merveilleux d'un enfant qui rêve d'aventure.

    De ce roman au succès mondial existe aussi un film, sorti en 2012 et réalisé par 

    Mon bel oranger • José Mauro de Vasconcelos

    Marcos Bernstein (L'Autre côté de la rue). Zézé est incarné par un certain ... João Guilherme Ávila (voir photo ci-contre). Portuga est lui incarné par José de Abreu.

    Le film a, en tout cas, été encensé par la critique qui ne tarit pas d'éloges sur le jeu des acteurs. Personnellement, je ne l'ai pas vu, c'était un choix : le livre m'avait tellement ému que je n'ai pas voulu le voir. J'ai été tant de fois déçue par un film tiré d'un livre ! 

    « Gonelore T1 - Les Arpenteurs • Pierre GrimbertLe cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates • Mary Ann Shaffer et Annie Barrows »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :